Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 20:30
20150202 Cuba libertaire

Une des nouvelles les plus importantes de la fin de l’année 2014 a été l’apparition simultanée de Barak Obama et Raul Castro sur les écrans de télévision des Etats-Unis et de Cuba, afin d’annoncer «urbi et orbi» le dégel des relations entre les deux gouvernements.

Alors que personne ne pouvait imaginer qu’un tel geste puisse se produire, les deux présidents ont organisé cet évènement le mercredi 17 décembre à partir des capitales de leurs pays respectifs, lançant ainsi la première étape vers la normalisation de leurs relations publiques après 53 années de «guerre froide» et de «blocus économique».

Comme on le sait, ce «geste» est le résultat de longues négociations qui ont été entamées en 2012 par deux fonctionnaires (Ricardo Zuniga, pour les États-Unis, et Josefina Vidal, pour Cuba), négociations maintenues dans le plus grand secret afin de «rapprocher les positions» sur des questions que chaque gouvernement considère «essentielles».

Même si a également contribué le fait que Raul Castro, après le remplacement de son frère Fidel, a commencé à mettre en œuvre une série de changements dans une économie qui jusque-là faisait partie du dogme «socialiste» en vigueur sur l’île, un dogme qui était intouchable. Des changements pour avancer vers  la transformation du «socialisme»  (capitalisme d’Etat) en un capitalisme de marché.

Il est donc normal que tous les partisans de ce système – dans l’île et hors d’elle – soient enthousiasmés par cette perspective et que des préoccupations se soient seulement exprimées dans les secteurs qui au sein et à l’extérieur de Cuba ont dénoncé la restauration de l’exploitation capitaliste par un gouvernement qui continue à se prétendre révolutionnaire et socialiste. Ces secteurs sont inquiets de voir l’impuissance dans laquelle sont actuellement les travailleurs cubains, une impuissance qui va s’aggraver avec l’alliance qui est en cours entre les syndicats du Parti-État et le capital privé.

Extrait de l'édito de Cuba Libertaria 30

Partager cet article

Repost0

commentaires