Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 10:29

«Où est La Poste ? Depuis le 20 décembre, Vaudes et ses environs n’existent plus pour La Poste ! En effet, nous n’avons plus droit à la distribution du courrier.» Trois jours durant, – deux selon La Poste – le courrier n’a pas été mis dans les boîtes aux lettres dans cette commune comme à Montceaux-les-Vaudes, Rumilly-lès-Vaudes… à Chaource aussi.

À Villemoyenne, à Chappes, les élus dénoncent, pour leur part, une semaine sans courrier : une situation aussi inhabituelle que préoccupante même si des lettres recommandées ou colis ont été remis aux destinataires.

«Une situation exceptionnelle !», explique-t-on à la Poste. Celle-ci a dû faire face ces derniers temps à une épidémie parmi le personnel qui a généré plusieurs arrêts maladie concomitants – d’au moins sept salariés – sur la plateforme de la zone Est Aubois (région du Chaourçois et Vaudois notamment). Cumulées à des congés de fin d’année, ces absences ont nécessité de faire appel à des remplacements de dernière minute et c’est aux agences d’intérim que La Poste s’adresse en pareil cas.

«C’est le démantèlement du service public !», déclare le maire de Chappes. Les remplacements par des intérimaires ne sont pas sans poser quelques soucis, comme des erreurs de destinataires, des publicités mises malgré un «stop pub». Lundi, le courrier de tout un quartier a été déposé en vrac à Vaudes dans une – seule – des boîtes aux lettres.

«On nous dit que l’activité baisse mais ce n’est pas comme cela que ça va remonter», déclare le maire de Vaudes qui, comble de tout, fait remarquer l’augmentation du prix du timbre. Il ne comprend pas pourquoi les postiers de son secteur doivent désormais aller jusqu’à Chaource pour trier leur courrier et pourquoi ils sont obligés de distribuer de la publicité. «Ce n’est pas leur métier !», peste celui qui s’est amusé à relever les missions de service public et d’intérêt général de La Poste dont «la distribution du courrier au domicile de tous les Français six jours sur sept» fixées par rien de moins qu’une loi de 1990 ; missions réaffirmées depuis.

Les habitants voient bien que le courrier arrive de plus en plus tard et souvent l’après-midi. Ils ne reconnaissent plus leur facteur attitré. Des Barséquanais ont reçu un courrier leur demandant de bien vouloir rapprocher leur boîte aux lettres «normalisées» en «bordure de la voie ouverte à la circulation publique». «C’est pour que ça aille plus vite, on ne le fera pas ! Bientôt ils vont nous mettre les boîtes au bout de la rue !».

Partager cet article

Repost 0

commentaires