Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 10:19

La CGT cheminot tire la sonnette d’alarme : la baisse du volume de la maintenance des TGV aurait des conséquences directes sur l’emploi des cheminots romillons. En effet, en février 2014, la SNCF a fait le choix de confier la rénovation d’une partie des rames TGV à l’usine PSA La Janais, au sud de Rennes, dans le cadre de la réindustrialisation du site.

Un transfert d’activité entraînant inévitablement une baisse de la charge de travail pour les technicentres SNCF chargés habituellement de cette maintenance et dont fait partie celui de Romilly-sur-Seine. «C’est dans le cadre de la mise en place de la réforme ferroviaire avec ouverture à la concurrence de la maintenance. Cela donne le droit à la SNCF de donner le travail à tout le monde. Ils ont donné quinze TGV à PSA à l’essai. Maintenant, on est à 80 rames sur trois ans. Cela représente une charge de travail réduite de trente-cinq personnes».

Une baisse d’activité qui se traduirait par des départs en retraite non remplacés, des mutations, des cheminots envoyés ponctuellement dans d’autres technicentres en fonction de la demande.

«Si c’était du surplus, ça ne me gênerait pas. Mais on a donné une partie du boulot TGV à PSA. On prend de l’argent public pour le donner à une société privée, surtout qu’à PSA, ça ne les gêne pas de produire leurs voitures à l’étranger. Pour les Thalys, c’est en cours de négociation. Si on n’a pas la charge des Thalys, à ce jour, rien n’est prévu en remplacement. Et là, en 2016, on serait à 200 emplois concernés». La réponse concernant les Thalys devrait intervenir en janvier : «Trente-cinq, on arrive à les absorber, mais 200 ? Est-ce qu’on va rester à 350 à Romilly ?»

Environ six cents personnes travaillent aujourd’hui au technicentre et ces inquiétudes quant à la baisse d’activité obligent la CGT à se demander si la SNCF veut vraiment maintenir le site romillon. «S’ils ont le Thalys, ils l’ont. Mais s’ils ne l’ont pas, la direction n’a rien à leur proposer. Avec d’autres mutations, le site de Romilly sera-t-il pérennisé ?»

Partager cet article

Repost0

commentaires