Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 09:51

Plus d’un an après l’annonce du plan social qui allait mener à la fermeture de l’usine Elba des Écrevolles, un courrier du ministère du Travail remet en cause le motif économique de cette fermeture. L’usine spécialisée dans le matériel de bureautique, qui employait 62 salariés, a été revendue, ses machines ont été mises à la casse ou vendues à un concurrent allemand.

À l’exception de six salariés protégés (délégués du personnel ou représentants syndicaux), l’ensemble du personnel de l’usine a été licencié. Aujourd’hui, trois anciens salariés ont retrouvé un CDI, les autres enchaînent les contrats d’intérim quand ils ont de la chance. Ayant échoué à plusieurs reprises à licencier les salariés protégés, le groupe Hamelin a décidé de demander la liquidation judiciaire de la SAS Elba Troyes, laquelle liquidation a été prononcée par le tribunal de commerce de Caen le 17 septembre.

Le refus de l’inspection du travail d’autoriser le licenciement des salariés protégés, «suivi du refus du ministre, faisait peser sur l’entreprise une charge exceptionnelle qui n’était pas prévue». Dans son avis rendu le 6 août, le ministère du Travail contestait le motif économique des licenciements, ce qui, selon le directeur général du groupe Hamelin «n’est pas dans ses attributions». Pour lui, «l’administration a outrepassé ses prérogatives».

Ce n’est pas l’avis de l’avocat des salariés depuis que ceux-ci ont décidé de contester leurs licenciements devant les prud’hommes de Troyes et pour qui la décision ministérielle est du pain bénit. «Une trentaine à une quarantaine de dossiers» seront déposés à cet effet mi-octobre.

Partager cet article

Repost 0
Published by lechatnoir51 - dans Social
commenter cet article

commentaires