Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 08:17

Alors que la Manufacture française des Ardennes, la sociéé qui a repris Tecsom à Glaire; signait un contrat de 13 millions d'euros avec la société chinoise Kaili Carpet, un temps candidat à la reprise de l’usine, le conseil de prud’hommes de Charleville-Mézières devait examiner les dossiers de 40 ex-salariés du fabricant de moquette. Appuyés par le syndicat Force ouvrière, ces derniers contestent leur licenciement par l’administrateur judiciaire au moment de la reprise de Tecsom par la holding G Groupe X au printemps. «Ils ont été licenciés sans que l’on sache si leur poste a été supprimé». Une obligation pour l’entreprise dans le cadre d’un licenciement économique. Les ex-Tecsom dénoncent également un défaut de respect de l’obligation de reclassement, en particulier «une insuffisance de recherche à l’extérieur de l’entreprise» et contestent l’ordre des licenciements, pour lequel la loi impose des critères précis.

L’audience prévue hier a finalement été reportée au 5 décembre. L’Association pour la gestion du régime d’assurance des créances des salaires (AGS) aurait demandé un délai supplémentaire. Si les 40 ex-salariés de l’usine Tecsom obtiennent gain de cause, le paiement des éventuels dommages et intérêts reviendra à l’AGS, l’entité Tecsom ayant aujourd’hui disparu depuis son rachat par G Groupe X.

Malgré ce report, l'ancien représentant Force ouvrière chez Tecsom et aujourd’hui délégué syndical FO à la Manufacture française des Ardennes, se dit «plutôt confiant» pour la suite. Lors du dépôt des dossiers devant les prud’hommes le 5 septembre, l'avocat des kicenciés considérait, de son côté, que le traitement des dossiers allait «plutôt vite», rappelant qu’«une procédure comme celle-là dure normalement au minimum 18 mois».

Partager cet article

Repost 0
Published by lechatnoir51 - dans Social
commenter cet article

commentaires