Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 09:55

La menace planait depuis des mois sur la maternité, le couperet est tombé mardi. Le 3  février prochain, ce service fermera ses portes pour laisser la place à un centre périnatal de proximité à l’hôpital de Vitry. Les futures mamans devront donc se rendre à Châlons-en-Champagne ou à Saint-Dizier pour accoucher.

La décision est venue de l’agence régionale de santé (ARS), hier. «L’hôpital a une autorisation de gynécologie-obstétrique qui arrive à échéance le 3 août, nous la renouvelons de six mois. Le centre périnatal, ensuite, va assurer le suivi des femmes enceintes avant et après l’accouchement. La seule différence, c’est qu’il aura lieu dans une autre maternité».

Plusieurs facteurs ont motivé cette décision: «La qualité et la sécurité des soins. Le dossier de demande de renouvellement fait par l’hôpital laisse apparaître des éléments de fragilité pour les effectifs médicaux et paramédicaux. Ils ne remplissent pas le Code de la santé publique». Second élément : «Les projections démographiques de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) font apparaître une forte diminution du nombre de femmes en âge de procréer sur le territoire». En 2013, 371 accouchements ont été réalisés à la maternité, contre 336 en  2012. 2014 n’a pas suivi cette tendance, et le départ de deux gynécologues a encore déséquilibré le tout.

La situation financière de l’hôpital, qui affiche un  déficit accumulé de 11 millions d’euros, n’a pas non plus aidé au maintien de la maternité, dont la mise aux normes représenterait trop d’investissements (580 000 euros). «L’hôpital, conscient de ses difficultés, a autrefois tenté un rapprochement public privé, mais il se trouve, malheureusement, que ce rapprochement ne s’est jamais effectué. On a perdu du temps. Aujourd’hui, la situation continue de se dégrader, et il n’est pas possible que l’hôpital continue de vivre sous assistance respiratoire. Sans fonds propres, c’est son existence même qui est en jeu. La Ville n’est pas décisionnaire, mais un hôpital est un service public, on doit tout faire pour le maintenir». 500 000 euros d’économies devraient être réalisées avec la fermeture de la maternité selon l’ARS, soit un quart du déficit annuel de l’hôpital.

La décision prise par l’Agence régionale de santé impacte l’effectif du centre hospitalier. La moitié des agents seront «redéployés» dans la région. «Les membres du personnel seront accompagnés dans cette transition par l’hôpital, qui pourra s’appuyer sur l’ARS». Hier, la directrice de l’hôpital a organisé une assemblée générale pour annoncer les changements à venir à l’ensemble du personnel et la mise en place d’une cellule destinée au reclassement d’une partie des agents de la maternité. 

Partager cet article

Repost 0
Published by lechatnoir51 - dans Politique et social Santé
commenter cet article

commentaires