Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 10:21

L'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) vient de sortir son rapport annuel. En voici des extraits concernant la région Champagne Ardenne.

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine

L’ASN considère que les performances du site de Nogent-sur-Seine en matière de sûreté nucléaire, de radioprotection et de protection de l’environnement rejoignent globalement l’appréciation générale des performances portée sur EDF.

L’ASN considère que le site doit encore progresser en matière de maintenance et plus spécifiquement sur la surveillance des prestataires et l’évaluation de la fiabilité des matériels.

L’ASN a, par ailleurs, constaté en 2013 des faiblesses dans le processus de traitement des écarts et estime que le site est en retrait par rapport au reste des centrales nucléaires sur ce point. Plusieurs événements significatifs déclarés en 2013 sont liés à un manque d’appropriation de la démarche d’analyse des écarts. Un effort important est attendu dans ce domaine en 2014 ; à ce titre, l’ASN a mis en demeure EDF de se mettre en conformité avec les exigences réglementaires.

L’ASN suit par ailleurs avec attention la problématique de déformation des assemblages de combustible du réacteur 2 qui a conduit EDF à avancer le prochain arrêt programmé du réacteur.

L’ASN note de bonnes performances en matière de radioprotection des travailleurs, dans un contexte d’activités de maintenance d’ampleur modeste.

En matière d’environnement, l’ASN estime que le site reste encore perfectible, en particulier sur la gestion des déchets.

Certaines actions telles que le désencombrement du bâtiment de conditionnement et d’entreposage des déchets radioactifs, le reconditionnement des boues radioactives produites et le respect du référentiel de gestion des flux de déchets et du colisage dans ce bâtiment, ne sont toujours pas achevées.

Centrale nucléaire de Chooz

L’ASN considère que les performances du site de Chooz en matière de sûreté nucléaire, de maintenance et de radioprotection rejoignent l’appréciation générale des performances portée sur EDF.

L’ASN note la persistance d’erreurs de lignage des circuits ou de consignation des matériels et des lacunes dans la préparation des activités.

L’ASN note des difficultés de communication entre les personnels chargés de la conduite des installations et ceux chargés des interventions de maintenance, ainsi que des lacunes dans la sensibilisation du personnel au maintien de la qualification des matériels et la gestion du magasin de pièces de rechange.

L’ASN considère en revanche que le processus de détection et de traitement des écarts est correctement conduit.

Par ailleurs, le site devra également veiller à l’efficacité des dispositions de propreté radiologique des chantiers et à l’application plus rigoureuse des dispositions prises vis-à-vis du risque d’introduction de corps étrangers dans les circuits.

Concernant le suivi des équipements sous pression, le renouvellement de la reconnaissance par les pouvoirs publics du service d’inspection interne a confirmé la qualité et l’indépendance de ce service. L’ASN considère en revanche que le site de Chooz devra veiller à disposer des compétences suffisantes pour mettre en oeuvre la réglementation des équipements sous pression nucléaires.

L’ASN estime enfin que les performances du site de Chooz en matière de protection de l’environnement sont légèrement en retrait par rapport à l’appréciation qu’elle porte sur EDF, notamment en raison des délais de résorption finale et du renouvellement de certains événements dans ce domaine ; deux rejets dans le réseau d’égout du site de substances non autorisées ont notamment été constatés en 2013.

S’agissant du chantier de démantèlement de la centrale de Chooz A, l’ASN considère que les performances de l’exploitant sont correctes en matière de maîtrise du confinement et en progrès en ce qui concerne le risque incendie. L’exploitant devra améliorer le pilotage de la surveillance des prestataires, notamment dans les domaines de la sécurité et de la radioprotection, ainsi que l’attention portée à la maintenance des matériels de radioprotection.

Inspection du travail dans les centrales nucléaires

L’ASN a poursuivi ses actions de contrôle des conditions d’hygiène et de sécurité ainsi que de la sous-traitance lors des opérations de maintenance et d’exploitation des centrales de Chooz B et Nogent-sur-Seine et des opérations de démantèlement des installations de Chooz A.

Les dispositions prises par l’exploitant en matière d’hygiène et de sécurité sont le plus souvent satisfaisantes mais l’ASN

constate encore fréquemment que les analyses de risques préalables aux interventions de maintenance sont insuffisanteset que les conditions d’intervention ne conduisent pas systématiquement à une réduction maximale des risques pour les personnels. L’ASN a constaté que le risque de chute de hauteur ne fait pas toujours l’objet d’une attention suffisante. Enfin des écarts dans le traitement des déchets amiantés (emballages non-conformes, défauts d’identification des colis, mélange avec des déchets conventionnels) ont été relevés sur Chooz A.

Le réacteur CHOOZ A (centrale nucléaire des Ardennes)

Ce réacteur est le premier du type à eau pressurisée construit en France. Il a fonctionné de 1967 à 1991.

Le démantèlement de cette centrale s’inscrit comme un chantier précurseur des démantèlements futurs des réacteurs à eau pressurisée, technologie des réacteurs électronucléaires français actuellement en fonctionnement.

Dans le cadre du démantèlement partiel du réacteur, le décret du 19 mars 1999 a autorisé la modification de l’installation existante pour la transformer en installation d’entreposage de ses propres matériels laissés en place et créer ainsi une nouvelle INB dénommée CNA-D. Le démantèlement complet a été autorisé par le décret n° 2007-1395 du 27 septembre 2007.

Par la décision n° 2010-DC-0202 du 7 décembre 2010, l’ASN a autorisé l’engagement des travaux de démantèlement du circuit primaire, hors démantèlement de la cuve du réacteur, sous réserve du respect d’un certain nombre de prescriptions techniques. Les quatre générateurs de vapeur de la centrale ont été déposés et décontaminés. Deux d’entre eux ont été expédiés au Centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage (CIRES). Le démantèlement de la cuve est soumis à autorisation préalable de l’ASN. A ce titre EDF a déposé un dossier en 2011 dont l’ASN finalise actuellement l’instruction.

Centre de stockage de déchets de Soulaines-Dhuys et Laboratoire de Bure

L’ASN considère que l’exploitation du CSA est réalisée de façon satisfaisante. Au cours de l’année 2013, l’exploitation s’est poursuivie avec un bon niveau de qualité comparable au niveau de performance des années antérieures.

Parmi les faits marquants de l’année 2013, l’ASN retient le bon déroulement de la première campagne de prise en charge de colis hors normes contenant des protections neutroniques latérales de Creys-Malville. Concernant la mise en place d’un système d’autorisations internes, l’ASN note un suivi satisfaisant des dossiers instruits dans le cadre de ce dispositif, mais considère que les modalités d’information de l’ASN devront être améliorées.

Sites et sols pollués

Dans la continuité des années précédentes, l’ASN a contribué, en liaison avec les services déconcentrés de l’État et l’ANDRA, à la mise en oeuvre du traitement des pollutions radioactives historiques issues de l’exploitation de l’ancienne usine Orflam-Plast de Pargny-sur-Saulx (51). Les opérations d’assainissement engagées depuis 2010 ont été poursuivies et devraient normalement se terminer en 2014.

L’ASN considère que les travaux menés par l’ANDRA dans le laboratoire souterrain de Bure se sont poursuivis en 2013 avec un bon niveau de qualité, comparable au niveau de performance des années antérieures.

Partager cet article

Repost0

commentaires